Personnalité du mois : Hadiza Kiari Fougou, géographe

JPEG

Hadiza Kiari Fougou, géographe, est enseignante-chercheur à l’Université de Diffa. Membre du projet « adaptation, innovation et résilience », elle est le point focal, au Niger, du Réseau des femmes, sciences et technologies (RFST/N).
Originaire de la région du lac Tchad, l’intéressée passe son enfance à N’guigmi (Diffa), où elle effectue ses études primaires et secondaires. A l’issue de son doctorat en géographie, en 2014, à l’Université Abdou Moumouni de Niamey, elle est recrutée comme enseignant-chercheur en 2015, responsable de la cellule de suivi écologique et environnemental de l’Université de Diffa. Elle participe, alors, aux enseignements ainsi qu’à la codirection des travaux de master et à la formation des étudiants de Zinder. Associée au laboratoire de recherche sur les territoires sahélo-sahariens de Niamey, son travail porte sur l’aménagement et la gestion des espaces ruraux. Elle contribue à plusieurs travaux de recherche pluridisciplinaires dans le bassin tchadien, en particulier sur la problématique du développement du lac Tchad, et sur l’exploitation et la gestion des ressources naturelles.
En octobre 2017, elle obtient une bourse de recherche de l’ambassade de France au Niger pour suivre une formation à l’université de Paris 1. Elle y acquiert la maîtrise de nouveaux outils, valorise les résultats de sa recherche et a l’opportunité de partager ses questionnements, méthodes d’analyse et les résultats de ses travaux avec des chercheurs travaillant sur le même terrain, le lac Tchad.
Insérée dans un réseau scientifique d’envergure internationale, reconnue par ses pairs dans son domaine de recherche, Hadiza Kiari Fougou participe à l’expertise collégiale, en 2014, sur le développement du lac Tchad : situation actuelle et futur possible et à son Atlas, publié en 2015, et, en 2018, à l’ouvrage « Crise et développement. La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram », étude de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), financée par l’Agence Française de Développement (AFD) et réalisée sous la co-direction de Géraud Magrin et Marc Antoine Pérouse de Montclos. Elle a, en outre, publié de nombreux articles scientifiques dans les revues internationales sur ce sujet, parmi lesquels :
• Cadre de vie et santé des pêcheurs de la partie nigérienne du lac Tchad (Topics in Interdisciplinary African Studies Volume.27- Rüdiger Köppe Verlag, Köln, 2012)
• L’évolution des circuits de commercialisation du poisson dans la partie nigérienne du lac Tchad en phase de Petit Tchad (Studi Africanistici/ Serie Ciado-Sudanese 6, 2014)
• Une pêche dynamique aux formes diversifiées (Passage, en 2015)
• Techniques de pêche et problématique de la gestion durable des ressources halieutiques dans la cuvette nord du lac (LACEEDE, 2017)
• Une oasis à la porte du Sahara : le lac Tchad et ses systèmes (Géo-éco-trop, 2018)
• Evolution technologique et gestion d’un espace halieutique dans la cuvette nord du lac Tchad (IRD, 2018)
• Boko Haram, facteurs de recompositions socio-économiques au lac Tchad (Niger) : les « en gudun hidjira » et les ressources halio-agro-pastorales (IRD, 2018).

Elle a également présenté les résultats de ses travaux de recherche lors de plusieurs conférences et colloques internationaux : Méga Tchad à Bayreuth en 2010, Naples en 2012 et Nice en 2017, GELT à N’Djamena en 2017, FRIEND à Hammamet en 2015, Alger en 2018 et AGU Chapman à Washington en 2018.

Ses futurs projets s’articulent désormais autour de l’approfondissement de la recherche engagée sur la pêche, et au-delà, sur les recompositions territoriales et socio-économiques, dans un contexte de changements environnementaux et d’insécurité.

Dernière modification : 25/10/2018

Haut de page