PORTRAIT : M. YAYÉ MOUSSA, DOCTEUR EN GÉOGRAPHIE

UNIVERSITÉS DE TOULOUSE 2 JEAN JAURÈS (FRANCE) ET ABDOU MOUMOUNI DE NIAMEY (NIGER)

L’ambassade de France au Niger est fière d’annoncer la soutenance de thèse de M. Yayé Moussa le 16 Janvier dernier et le félicite pour l’excellence de son travail.

Originaire de Dargol, arrivé à Niamey après avoir étudié au collège et lycée à Téra, Yayé Moussa est un chercheur en géographie qui connaît bien les problèmes de la précarité hydrique et qui a décidé de mettre son talent à profit pour faire avancer l’accès à l’eau au Niger.

Ayant réussi à bénéficier d’une bourse accordée par l’ambassade de France afin de réaliser un doctorat en géographie à l’université de Toulouse 2 Jean Jaurès en cotutelle avec l’université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey, sa thèse - intitulée « Précarité hydrique et développement local dans la commune urbaine de Téra, Niger » - sera publiée prochainement aux Éditions universitaires européennes, ce qui élargira la liste de publications de Yayé qui a déjà écrit pour des journaux académiques américains.

■ Travaillant simultanément avec des chercheurs nigériens, français et américains, Yayé Moussa est un exemple vivant de réussite de la coopération universitaire internationale. En relation avec l’Institut de recherche en sciences humaines (IRSH) de l’UAM, c’est le fait de transmettre son savoir avec les étudiants nigériens en géographie qui motive M. Yayé à continuer son travail. « Je suis le premier de ma promotion de maîtrise à achever une thèse. » dit-il, déterminé à aider les doctorants en géographie de l’UAM à faire de même et à développer le potentiel de recherche des nigériens.

■ Selon les arguments développés dans sa thèse, les problèmes de précarité hydriques sont des freins au développement socio-économiques de la commune de Téra, pourtant riche en ressources naturelles. Les conclusions de son travail apportent des pistes pour pallier ces problèmes. Mais M. Yayé souligne également le pouvoir de la solidarité autour de l’accès à l’eau au Niger : se rejoignant autour des points d’eau, de vraies communautés hydriques se forment aux alentours de Téra, montrant une certaine capacité de résilience et d’entraide au sein de la population nigérienne.

On ne peut que lui souhaiter de mener à bien les nombreux projets qu’il ambitionne de mettre en œuvre et lui dire « Bravo, Docteur Yayé, et continuez sur cette lancée très prometteuse ! ».

PNG
JPEG

Dernière modification : 14/03/2018

Haut de page