Lancement opérationnel des premiers appuis de la Facilité Adapt’Action au Niger

PNG

C’est quoi la Facilité Adapt’Action ?

La Facilité Adapt’Action de l’Agence Française de Développement (AFD) accompagne 15 pays et organisations régionales pour relever le défi de l’opérationnalisation de l’Accord de Paris sur le climat. Elle soutient la mise en œuvre des dimensions adaptation de leurs Contributions Déterminées au niveau National (CDN), qui désignent les engagements concrets pris par les pays dans leur lutte contre le dérèglement climatique.
JPEG

La Facilité, qui dispose d’un budget global de 30 millions d’euros pour 4 ans (2017-2021), intervient suivant 3 axes d’interventions.

Les objectifs de la Facilité Adapt’Action sont donc :
-  d’accompagner l’intégration du climat et de l’adaptation dans l’ensemble des politiques publiques en travaillant dans le cadre d’un dialogue multi-acteurs continu (ministères, société civile, institutions universitaires et de recherche, partenaires techniques et financiers, secteur privé) et dans une dynamique intersectorielle ; en ayant une approche dans la durée, et en s’intéressant aux trajectoires de développement résilient, conformément à la stratégie « 100% Accord de Paris » de l’AFD ;
-  de faciliter le financement de l’adaptation, en favorisant l’élaboration de projets qui puissent accéder à de la finance climat internationale, que cela soit auprès du Fonds vert pour le climat, mais également auprès de banques multilatérales, et de banques de développement nationales, régionales et bilatérales.

Depuis mai 2017, 11 protocoles d’entente ont été signés, celui avec l’Etat du Niger étant l’un des premiers protocoles d’entente signés lors du One Planet Summit de Décembre 2017 à Paris.

Un lancement dynamique des activités au Niger

Au Niger, le premier appui mis en œuvre dans le cadre de la Facilité Adapt’Action concerne le processus de formulation concertée de la stratégie et du plan national d’adaptation face au climat dans le secteur agricole pour la République du Niger (dit processus SPN2A).

Au Niger, l’agriculture et l’élevage constituent les principaux secteurs productifs d’où la population nigérienne tire l’essentiel de son revenu. Les secteurs de l’agriculture et de l’élevage contribuent ainsi à plus de 40% du produit intérieur brut en 2015, et emploient plus de 85% de la population active. Ce secteur est très dépendant des aléas climatiques. Les petits producteurs familiaux, dont les moyens d’existence sont basés sur les ressources agro-sylvo-pastorales, sont ainsi les plus vulnérables face à l’extrême variabilité du climat, qui risque de s’accroitre du fait du changement climatique.

Le Niger, qui s’est par ailleurs engagé à réduire de 3,5% ses émissions de carbone d’ici 2030, met donc en exergue dans sa CDN un besoin crucial d’adaptation aux effets du changement climatique dans le secteur agricole au sens large (Agriculture, Forestry and Other Land Use - AFOLU).

La SPN2A se veut un processus ambitieux et innovant afin de répondre à la complexité des enjeux de l’adaptation au changement climatique qui, au Sahel, se trouve au cœur d’un jeu de variables mêlant gestion durable des ressources naturelles, aménagement du territoire, mobilités humaines et animales, sécurité alimentaire et sanitaire, ...

Au regard de cette complexité, l’appui pluridisciplinaire proposé dans le cadre de la SPN2A, s’appuyant sur les savoirs scientifiques et sur les pratiques locales, va donc permettre d’élaborer (i) des projections climatiques désagrégées, ainsi que (ii) l’évaluation de leur impact sur les productions agro-sylvo-pastorales aux horizons 2020, 2030 et 2050.

Ces projections alimenteront l’identification conjointe d’options techniques relevant d’une agriculture intelligente face au climat (AIC) en phase avec les contextes locaux, et intégrant les enjeux spécifiques au genre.
Un dernier axe permettra de proposer une relecture des documents sectoriels afin de promouvoir l’agriculture intelligente face au climat (AIC). L’ensemble de ce processus inclusif va nourrir la stratégie et le plan national d’adaptation de l’agriculture face au changement climatique. Ce processus qui sera développé dans les 12 prochains mois au Niger, de par son approche innovante, aura vocation à alimenter les réflexions stratégiques et opérationnelles, avec les 17 pays de la Commission Climat pour le Sahel, animée par le Niger, notamment dans le cadre du Plan d’Investissement Climat pour le Sahel (PIC RS). Cet appui intègrera également les résultats de la revue régionale des CDN, actuellement conduite par Expertise France, sur financement UE, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Alliance Mondiale contre le Changement Climatique (AMCC+, en cours de démarrage).

L’atelier de lancement du processus SPN2A a eu lieu mercredi 23 janvier 2019 au centre AGRHYMET du CILSS, sous la présidence de son Excellence Monsieur le ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Almoustapha Garba.

- En amont de cet atelier s’est tenue mardi 22 janvier 2019 la deuxième réunion du comité de pilotage et de suivi des activités de la Facilité Adapt’Action au Niger, au cours de laquelle deux autres appuis de la Facilité ont été discutés dans une perspective de changement climatique :
-  l’étude portant sur la capitalisation des pratiques de gestion durable des terres (CAPGDT) ;
-  l’étude de faisabilité d’un projet de développement des filières élevages dans les régions de Zinder et Diffa « BOUNKASSA KIYO (développement de l’élevage).

L’ensemble de ces appuis va ainsi renforcer les stratégies, politiques et programmes initiés avec un fort engagement par les autorités et acteurs nigériens, pour répondre à l’impact du changement climatique sur la vulnérabilité des systèmes agricoles et alimentaires afin d’accroitre la résilience des populations nigériennes face au climat.
De nouveaux appuis de la Facilité Adapt’Action au Niger vont être consolidés dans les prochaines semaines.

Crédits photos : Souley ABDOULAYE, AFD

Dernière modification : 26/02/2019

Haut de page