Lancement officiel du projet « Olympiades de la Jeunesse du Niger »

Lancement officiel du projet « Olympiades de la Jeunesse du Niger », en vue d’organiser des rencontres sportives inter-établissements primaires en 2019/2020

JPEG

Ce lundi 27 mai 2019, le directeur général de la scolarisation au ministère chargé de l’Enseignement Primaire, M. Jafarou Saley, et le conseiller de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, M. Franck Haaser, ont coprésidé au Centre culturel franco-nigérien de Niamey (CCFN Jean Rouch), le premier comité de pilotage du Projet ‘’Olympiades de la Jeunesse du Niger (OJEN)’’ qui vise à relancer l’éducation physique et sportive (EPS) à l’école primaire.

Cette réunion a permis d’échanger avec les principaux acteurs nationaux du projet, représentant à la fois les administrations concernées (Education primaire, Jeunesse et sport, Santé publique, ainsi que l’UAM sur le volet « Recherche »), les fédérations sportives (athlétisme, volley, foot, hand, gymnastique) et le COSNI, les associations regroupant les collectivités territoriales (AMN, ARENI), les partenaires (UNICEF, GIZ, Coopération française avec le CCFN et le Lycée La Fontaine - LAF). La Direction régionale l’enseignement primaire (DREP) de Niamey, était également présente pour relayer la voix du niveau local.

En ouvrant ce comité, le directeur général de la scolarisation a souligné la lourde responsabilité des acteurs présents pour que l’EPS retrouve toute sa place dans l’accomplissement de la finalité de l’éducation au Niger. M. Jafarou Saley a rappelé que son ministère est déjà à pied d’œuvre et que le projet OJEN constitue une excellente opportunité pour mobiliser les enseignants et motiver les élèves à travers des compétitions locales, régionales et nationales.

M. Franck Haaser a indiqué que l’enveloppe dédiée au projet OJEN s’élève à 300 000 euros pour 2019 (196 Millions de FCFA), qui devraient être abondés de 100.000 € supplémentaires en 2020. Il a rappelé que « la double problématique d’OJEN s’inscrit pleinement dans les priorités présidentielles, présentés par Emmanuel Macron à Ouagadougou le 28 novembre 2017 : d’une part la Jeunesse qui au cœur des préoccupations en termes d’éducation, d’emploi et d’innovation, d’autre part le sport qui a besoin en Afrique d’infrastructures et de talents encouragés, notamment pour préparer les Jeux Olympiques 2024 qui se tiendront à Paris. »

JPEG JPEG

M. Haaser a également précisé que « dans une vision élargie de l’approche genre, OJEN rejoint et prolonge l’exigence en faveur de la scolarisation des jeunes filles, avec une pleine égalité et mixité fille/garçon dans l’ensemble des disciplines éducatives. Le projet s’appuiera sur notre réseau éducatif et culturel présent au Niger, avec le LAF de Niamey, les CCFN de Niamey et de Zinder, les Alliances françaises d’Agadez et de Maradi. Cela permet de couvrir la moitié des régions du Niger. Cet ancrage du projet au sein du réseau permet d’en sécuriser le bon déroulement, de s’appuyer sur les projets existants inter-établissements tant dans les domaines culturels (Rencontres littéraires, Parcours cinéma) que sportifs ».
Pour conclure, M. Haaser a formé le vœu que « de nouveaux partenariats se nouent, de nouvelles initiatives de sport scolaires émergent et que le Niger soit davantage reconnu comme terrain fertile pour le sport au service du développement, à la fois de l’enfant et du pays tout entier. »

Le Conseiller spécial « Jeunesse et Sport » du président de la République, M. Sidiyane Amada s’est dit fier de voir ce projet choisi parmi une multitude de projets soumis au ministère français des Affaires étrangères : « Il s’agit de redémarrer une pratique de l’éducation physique et sportive qui a été abandonnée depuis de trop longues années. Ce projet se veut innovant à plusieurs titres : il ciblera l’enseignement primaire, il mettra l’accent sur l’égale participation des jeunes filles, il associera les fédérations sportives, et à travers les établissements, les parents et les COGES ; un volet sur la formation des enseignants est également prévu ».

JPEG

Le directeur de l’école primaire du Lycée français de Niamey, M. Arnaud Abbé, a présenté un retour d’expériences sur les projets portés par son établissement en lien avec d’autres établissements scolaires du Niger. Dans la réussite de ces actions, il a insisté sur le travail essentiel de préparation, qui passe par des ateliers de concertations pédagogiques entre enseignants, la définition d’objectifs généraux et intermédiaires pour chaque séquences, le recensement du matériel nécessaire (l’existant / celui à acquérir) et des infrastructures mobilisables, la bonne programmation des séances d’apprentissage, et enfin la nécessité de donner un but aux élèves avec l’organisation finale d’un tournoi, d’un spectacle ou d’une rencontre.

Des échanges nourris ont permis de clarifier l’ensemble des composantes du projet et d’insister sur la dimension régionale qui passe par une forte responsabilisation des acteurs de terrain : les DREP, les chefs d’établissement et l’ensemble de la communauté éducative, les ligues sportives régionales et les DRJS, ainsi que les centres de santé pour le bon suivi médical des élèves. Tout au long du mois de juin, l’équipe nationale du projet OJEN se rendra successivement à Agadez, Zinder et Maradi pour lancer le projet en région.
En guise de conclusion, en paraphrasant la phrase célèbre de Martin Luther King, il s’agit à travers OJEN, « de monter la première marche même quand on ne voit pas tout l’escalier » ; tant les marches à gravir sont nombreuses et tant est urgente la nécessité de remettre le sport au centre de la cour de récréation des écoles du Niger.

Dernière modification : 29/05/2019

Haut de page