Anniversaire des 10 ans de Grandir Dignement, 1er avril 2021

‹ précédent | suivant ›

Créée en 2010, Grandir Dignement œuvre pour une meilleure connaissance et reconnaissance des droits de l’enfant. Au Niger, cette organisation de solidarité internationale intervient depuis 2016 dans la protection des enfants en conflit avec la loi en milieu carcéral et en milieu ouvert.

Grandir Dignement intervient au sein de cinq établissements pénitentiaires au Niger : initialement à Niamey et à Zinder, puis à Maradi en 2019 et enfin, à Dosso et à Tahoua grâce à l’ouverture de deux nouvelles antennes dans le cadre du projet « Protection et réinsertion des mineurs en détention » (PREMID) financé par l’ambassade de France au Niger à hauteur de 400 000€.

Le projet PREMID est né d’une réflexion commune de l’ambassade de France, cheffe de file des partenaires techniques et financiers du secteur « Justice et droits humains », et du ministère de la Justice, portant sur les conditions de détention des mineurs et les mesures alternatives à la détention. Le projet PREMID vise à porter assistance aux enfants détenus en milieu carcéral en tant que personnes particulièrement vulnérables à travers différentes activités : le suivi juridique et judiciaire ; l’assistance alimentaire ; la formation professionnelle ; l’aide à la réinsertion socioprofessionnelle et la médiation familiale. Il contribue également à soutenir la structuration de la « Plateforme des organisations intervenant en milieu carcéral », structure rassemblant des OSC françaises et nigériennes et les acteurs du sous-secteur carcéral.

La célébration du dixième anniversaire de Grandir Dignement le 1 avril au CCFN de Niamey, en présence de M. Issoufou Alkassoum, directeur général de l’Agence nationale des alternatives à l’incarcération et de la réinsertion, Mme. Zouera Hassane Haousseize, commisaire de Police nationale, chef de la Division de la protection des mineurs et des femmes et M. Nani Soley Aboubacar, juge des mineurs du 1er cabinet près le Tribunal de Grande Instance Hors classe de Niamey, a été l’occasion de présenter les avancées du projet PREMID. A ce jour, plusieurs formations professionnelles ont été mises en place dans les maisons d’arrêt de Niamey, Zinder, Maradi, Dosso et Tahoua : 111 enfants ont complété un cycle d’apprentissage court en fabrication des produits cosmétiques et d’hygiène, en coiffure, en réparation cellulaire, en installation des panneaux solaires et en tissage des chaises. Aussi, 285 enfants ont participé à une activité éducative, de sensibilisation ou d’animation dans le cadre d’un suivi quotidien réalisé par les animateurs socio-culturels ou éducateurs carcéraux.

En outre, le projet PREMID a permis d’élargir la couverture géographique de Grandir Dignement afin d’atteindre un nombre plus élevé de bénéficiaires. A travers les travailleurs sociaux mobiles, Grandir Dignement a pu mettre en place un accompagnement psychosocial et juridique des enfants détenus dans 16 maisons d’arrêt départementales des cinq régions concernées.

Enfin, le projet PREMID a appuyé le renforcement des liens entre les acteurs agissant en milieu carcéral et leur connaissance mutuelle à travers la mise en place de campagnes de sensibilisation, d’ateliers et de formations. Grandir Dignement continuera de proposer ces activités tout au long de l’année 2021.

La présentation du documentaire « Grandir Dignement au Niger pour donner une seconde chance aux enfants en conflit avec la loi », ainsi que des peintures produites par les enfants en maison d’arrêt ont permis d’illustrer la diversité des actions menées par Grandir Dignement. L’évènement s’est clôturé par un concert des artistes Gentil le slameur et Fiac Sy.

© Ambassade de France

Dernière modification : 09/04/2021

Haut de page