LUTTE CONTRE LE TERRORISME

SYMPOSIUM INTERNATIONAL SUR LA « DÉRADICALISATION DES JEUNES ET LA RÉINSERTION DES REPENTIS DE BOKO HARAM DANS LA RÉGION DE DIFFA », 15-17 MAI

Du 15 au 17 mai 2017, l’université de Diffa a organisé un symposium sur la « Déradicalisation des jeunes et la réinsertion des repentis de Boko Haram dans la région de Diffa », avec l’appui du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), de la Haute autorité à la consolidation de la paix, des représentations diplomatiques des États-Unis, de la France, du Luxembourg, de la Suisse, des organisations internationales (UNHCR, OIM) et des ONGs (CARE, Médecins sans frontières, ACF, Rescue). Cette rencontre réunissait à la fois d’éminents chercheurs, enseignants et spécialistes nationaux et internationaux de ces questions, mais aussi des acteurs et témoins venus de pays de la sous-région.

Devant les représentants des autorités nationales, régionales et locales, des chefs coutumiers, et de représentants de la société civile, les intervenants venus du Nigeria, du Mali, du Tchad, du Cameroun, de France, des États-Unis, de Grande-Bretagne, d’Afghanistan et même de Colombie, ont présenté quelques-unes des solutions mises en pratique dans leurs pays respectifs en réponse à des crises plus ou moins du même ordre.

Les délégations étaient notamment composées de représentants du Haut conseil de la paix d’Afghanistan [M. Fouzi, membre du conseil exécutif], de l’Institut afghan d’études stratégiques [M. Moradian, directeur général], de l’Institut d’études africaines d’Ibadan [Mme Élodie Apard, directrice scientifique], du thinks tank américain Brookings [Mme Felbab-Brown, experte], de l’université Paris Diderot [dr (Mme) Smirnova], de l’université Externado de Colombie [le professeur Frédéric Massé] et d’ATR-Mali [Mme Cecchinel, chercheuse].

En plus de la présentation des résultats obtenus après la mise en place de quelques bonnes pratiques, l’ensemble des participants au symposium ont proposé un certain nombre de recommandations parmi lesquelles :

■ La mise à disposition des moyens nécessaires pour que la justice soit rendue dans des conditions équitables pour les présumés coupables de crimes et délits ;
■ La mise en place d’un dispositif d’accompagnement au retour à la vie normale pour les repentis de Boko Haram qui auront purgé leur peine ;
■ Une proposition de plan d’aide aux victimes, comprenant une dimension collective mais également des mesures individuelles ;
■ Enfin, ils ont souligné la nécessité d’engager au plus vite un ambitieux programme international de développement de la région du lac Tchad.

JPEG - 34.2 ko
Accueil des délégations au symposium
JPEG - 24 ko
Intervention M. Habilullah Fouzi, membre du conseil exécutif du Haut conseil de la paix d’Afghanistan
JPEG - 26.3 ko
Animation de l’atelier ‘’Réinsertion socio-professionnelle’’ par le professeur Frédéric Massé, de l’université Externado, à Bogota (Colombie)

Dernière modification : 22/05/2017

Haut de page