LUTTE CONTRE L’ÉROSION

LA LUTTE CONTRE L’ÉROSION DES TERRES AGRICOLES ET PASTORALES SOUTENUE PAR LE FONDS FRANÇAIS D’APPUI AUX SOCIÉTÉS CIVILES DU SUD (FASCS)

JPEG - 93 ko
Une vue de quelques ‘’demi-lunes’’

Sur le bassin du fleuve Niger, la déforestation, le surpâturage ou encore la monoculture intensive ont conduit à une forte érosion des sols et à un abaissement de la productivité des terres cultivables.

Pour lutter contre ces phénomènes, de nombreuses initiatives de traitement des bassins versants sont menées au Niger, comme le programme conduit par la Fédération Marhaba, créée en 2002 et regroupant 104 associations villageoises de développement situées dans le département de Kollo (région de Tillabéry) ainsi que dans la commune de Niamey 5.

Soutenu par la coopération française, le projet a pour objectifs de mettre en œuvre des techniques de restauration de terres dégradées et d’accompagner les habitants de la commune de Youri (région de Tillabéry) pour mettre en place une gestion durable des terres restaurées. C’est ainsi que, pour limiter l’érosion des sols, des demi-lunes et une quinzaine de gabions (murets en pierre) ont été mis en place pour orienter et canaliser les eaux de ruissellement dans le bras du Kori de Youri, ainsi que 5.000 mètres de cordons pierreux et de bandes herbacées ont été installés. De même, une pépinière a été créée sur les terres pastorales qui comptent environ 4.000 arbres.

Les habitants de la commune se sont engagés dans la pérennisation des résultats du projet en instaurant un système de surveillance de ces terres afin qu’elles soient entretenues et gardées, que le bétail ne pâture pas sur les terres cultivables et qu’elles puissent se régénérer. Pour ce faire, les herbes qui ont été ensemencées sont récoltées et vendues par bottes. Et, grâce aux fonds obtenus, la fédération autofinance ce système de gardiennage.

Pour donner un maximum d’impact à ses efforts, la Fédération Marhaba diffuse des émissions radiophoniques expliquant les techniques de restauration mises en œuvre. Elle organise également des réunions de partages de ces techniques auprès des représentants de la population (éleveurs, cultivateurs, pêcheurs, chefferie traditionnelle, autorités locales, etc.).

Grâce à ce travail, plus d’une centaine d’hectares de champs sont désormais protégés du ruissellement des eaux et la superficie d’espaces cultivables a été considérablement accrue.

Contact :
Monsieur Ali Saadou, président de la fédération
Courriel : marhaba15@yahoo.fr

PNG JPEG

Dernière modification : 14/12/2016

Haut de page