GESTION DURABLE DES TERRES

UN PROJET INNOVANT AU NIVEAU RÉGIONAL

Du 4 au 8 mars derniers, une première "Form’action" au niveau de la commune de Torodi - dans la région de Tillabéri - axée sur le montage de projets de gestion durable des terres.

Depuis 2010, l’Agence française de développement (AFD) accompagne les activités du Centre d’actions et de réalisations internationales (CARI), association de solidarité internationale qui intervient auprès des populations rurales du pourtour saharien.

L’AFD soutient notamment le projet du CARI de consolidation du Réseau sahel Désertification (ReSaD), une initiative Nord-Sud qui appuie la société civile dans la lutte contre la désertification et la dégradation des terres. Ce projet, intervenant au Mali, au Niger et Burkina Faso, prévoit des formations sur des sujets techniques, organisationnels ou méthodologiques / la mise en place d’outils de communication et de partage d’informations / ainsi que des actions de plaidoyer politique, dans chaque pays et au niveau international. Les collectivités locales sont impliquées, et l’un des objectifs visés est de mettre en œuvre un projet territorial de gestion durable des terres dans chaque pays.

Dans ce cadre, avec un cofinancement de l’Agence française de développement et de l’Union européenne, un premier atelier régional organisé à Niamey en mai 2016 avait permis de produire les premiers contenus d’un module de « form’action », en faisant appel à l’expérience et à l’expertise de représentants de communes, d’organisations de la société civile et d’institutions des 5 pays du projet ‘’FLEUVE’’ (qui comprend le Niger, le Mali, le Sénégal, le Tchad et le Burkina Faso). Un deuxième atelier organisé à Ouagadougou en septembre 2016 avait permis de compléter ces éléments.

Renforcer les capacités des acteurs de la lutte contre la désertification et la dégradation des terres

Cette « form’action », organisée par le CARI et ses partenaires nigériens du réseau ReSaD (Comité national de coordination des ONG sur la désertification), et accompagnée par le CIEDEL (Centre international d’études pour le développement local), est l’aboutissement d’un processus collaboratif et participatif de construction du module.

Quelques-uns des participants lors de la formation - JPEG

La « form’action » qui s’est déroulée à Torodi a rassemblé des élus et des représentants des services techniques communaux pendant 5 jours, permettant la mise en commun de leurs compétences afin de construire un projet de gestion durable des terres adapté à leur territoire.

Les participants ont travaillé collectivement au diagnostic, à l’analyse de la cohérence entre leur idée de projet et leur Plan de développement communal (PDC), à la construction du cadre logique, à l’identification des partenaires et des modalités de gouvernance, et enfin à l’élaboration du budget et du plan de financement.

Lors de l’évaluation de cette « form’action », les participants ont souligné la pertinence de cette approche d’accompagnement, et de cette première occasion qui leur était donnée de pouvoir travailler ensemble à la construction d’un projet réellement basé sur leurs besoins et leur PDC, avec l’optique qu’ils en assurent eux-mêmes le pilotage.

La semaine de travail s’est terminée par une cérémonie officielle en présence du maire de Torodi, afin d’assurer la remise des certificats de participation à ladite « form’action ».

Le taux de participation - qui n’a pas baissé durant la semaine - et la richesse des échanges pendant les sessions en groupes ou en plénière, témoignent de l’intérêt de ce format de travail pour les représentants élus et les services techniques de collectivité. Une belle réussite donc, pour cette première "form’action"-Test, qui sera répliquée au Burkina Faso, au Tchad et au Sénégal en avril, puis au Mali en mai.

Au Niger, dans la commune de Torodi, un projet de restauration de terres dégradées par l'installation de demi-lunes forestières, garnies d'herbacées et de plants d'acacia. - JPEG

Dernière modification : 03/04/2017

Haut de page