GENRE / ÉDUCATION ET DÉVELOPPEMENT

UNE SEMAINE D’ÉCHANGES ET DE DÉBATS SUR LES QUESTIONS D’ÉGALITÉ FEMMES-HOMMES ET DE LA SCOLARISATION DES JEUNES FILLES AU NIGER

Du 7 au 14 mai, Mme Sandra Barrère, chargée de mission Égalité filles-garçons au rectorat de Bordeaux, a tenu une série de conférences et animé des séminaires sur les questions d’égalité femmes-hommes et de genre au Niger. Elle répondait ainsi à l’invitation conjointe du Centre culturel franco-nigérien Jean Rouch de Niamey (CCFN), de l’université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) et de l’ambassade de France au Niger.

Plusieurs temps forts ont rythmé cette semaine :

■ Le 9 mai, conférence publique de sur le thème « L’égalité filles-garçons, ça commence à l’école »

Cette conférence, modérée par Madame Ouassa Tiekoura, docteure en sociologie et responsable du master Genre et développement de l’université Abdou Moumouni, a accueilli 120 personnes.

À partir d’exemples tirés du cas français, Sandra Barrère a présenté les avancées récentes de la recherche appliquées au domaine de l’égalité filles-garçons. Les exemples, puisés dans les sciences de l’éducation, la sociologie ou encore la géographie du genre ont suscité un intense débat avec la salle.

JPEG - 90.2 ko
Participants à la conférence publique « L’égalité filles-garçons ça commence à l’école ! »

■ Le 10 mai, séminaire de formation pour les 32 étudiants du master ‘’Genre et développement’’ de l’université Abdou Moumouni sur le thème « L’égalité filles-garçons, la part de l’école »

Ce Master, inédit au Niger, est coordonné par la docteure en sociologie Mme Ouassa Tiekoura. Dans un premier temps, le séminaire a apporté des éclairages théoriques sur le concept même de ‘’genre’’. Les échanges entre Sandra Barrère et les étudiants ont notamment porté sur le rôle de la religion et des traditions dans le débat sur l’égalité entre femmes et hommes au Niger. La coordinatrice du master a rappelé à ses étudiants l’importance d’aiguiser son esprit critique afin de faire progresser la réflexion sur les inégalités de genre.

JPEG - 120.8 ko
Les étudiants du master ‘’Genre et développement’’ participent au séminaire « L’égalité filles-garçons, la part de l’école »

■ Le 11 mai, séminaire de formation en direction des correspondantes régionales chargées de la promotion et de la scolarisation des jeunes filles sur le thème « Faire de l’école un vecteur de transformation sociale vers l’égalité filles-garçons »

Le séminaire a été co-animé par Mmes Sandra Barrère et Mariama Chipkaou, directrice de la promotion de la scolarisation des filles au sein du ministère de l’Enseignement primaire, et responsable du réseau des correspondantes régionales.

Ces correspondantes, appelées « Points focaux SCOFI » effectuent un intense travail de terrain afin de sensibiliser les populations et d’assurer un suivi autour de la scolarisation des jeunes filles dans tout le pays. Pour les points focaux, ce séminaire aura été l’occasion d’exposer les difficultés rencontrées (le poids de certains leaders religieux et d’opinion, l’éloignement géographique) mais aussi les stratégies déployées pour engranger des succès : bourses et prix d’excellence, distribution de kits pour les meilleures élèves, mise en place ‘’d’écoles des maris’’ .

Dernière modification : 28/05/2018

Haut de page