Festival Emergences (3-6 avril 2013)

FESTIVAL Emergences}} festival de théâtre à Niamey.
A la reconquête des publics de Niamey.
Du Mercredi 3 au Samedi 6 avril

Le théâtre est un moyen indubitable de rapprochements des communautés.
Le festival Emergences est né en avril 2007 avec pour ambition de contribuer à la promotion de la création théâtrale africaine, à l’émergence d’un environnement professionnel de production théâtrale au Niger et au développement social et culturel des communes de Niamey. Il s’agit aussi de produire du théâtre professionnel dans des lieux de proximité.

Au CCFN Jean Rouch et au village du festival, les différents publics de Niamey ont pu découvrir et apprécier une dizaine de spectacles de la sous région ainsi que participer à des activités autour du festival, telles qu’une réunion de travail, un chantier scénographique, un atelier de formation et un concours de lecture à haute voix et de poésie.

Huit spectacles venus du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’ivoire, du Mali, du Tchad, du Togo et du Niger se sont produits au Centre Culturel Franco-nigérien Jean Rouch, au Centre des Jeunes de Karadjé (village du festival), au Centre des jeunes de Talladjé, à la place AB de l’université Abdou Moumouni de Niamey, à l’association Alternative Espace Citoyen et à la Maison d’arrêt de Niamey.

Les spectacles proposés au CCFN :

- Les banlieuZ’arts, Cie Kadam-Kadam (Togo)
D’après Une poignée de poussière d’Amadou Hampâté Bâ
Adaptation : Luc Alanda
Quelque part à Timda M’Bala où trois compagnons doivent effectuer le partage du produit de leur travail. C’est l’amorce de toutes les facettes de ruse, mensonge, altercations, loi du plus fort et du plus faible…
Ici il s’agira de recréer le récit d’une vie et d’une mort, du néant, des peurs, du pouvoir, du contre-pouvoir, du temps de l’exil et de la survie.

- "GSM", Cie Mafi’A Théâtre (Bénin)
Interprétation et mise en scène : Fidèle Anato
De la Génération Socialement Modifiée aux Gogos Sexuellement Manipulés en passant par les Garçons Socialement Modifiés, il n’y a qu’un instant. Celui du rire et du dé-rire pardon, du délire. Mettant en dérision les anecdotes liées aux téléphones portables et aux instants d’ébats amoureux, le Baobab fidèle ANATO revient avec un nouveau numéro d’humour et d’humeur. De l’humour intelligent pour vous masser les nerfs !

- Les clameurs du Go, Cie Les ambassadeurs de Côte d’ivoire (Côte d’ivoire)
Mise en scène : Bamba Mory Major
Distribution : Coulibaly Yereguignan. K, Bamba Mory , N’Zue Yao Maxim
BOMO a vécu heureux parmi les siens dans une opulence égoïste et méprisante si bien que de sa maladie jusqu’à sa mort, les habitants de son village le rejettent et mettent sous embargo son cadavre qui est condamné à pourrir sur la place publique du village. Pendant la traversée du GO par son âme, AKOITIKA le maître des lieux lui propose un marché insolite qu’il refuse. Le combat entre la liberté et l’esclavage est engagé …

Les activités proposées autour du festival :

Du 27 mars au 2 avril – Un chantier de scénographie, au village du festival ;
Le 5 et 6 avril - 09h00- Une réunion de travail, au CCFN Jean Rouch ;
Les 5 et 6 avril- Un atelier de formation sur les enjeux de la culture sur le développement local, au village du festival ;
Les 5 et 6 avril - Un concours de lecture à haute voix et de poésie, au Centre des Jeunes de Karadjé

11/04/2013

Dernière modification : 18/04/2013

Haut de page