FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT

Le 14 mars 2017, le ministre nigérien des Finances, M. Hassoumi Massoudou, l’ambassadeur de France au Niger, M. Marcel Escure et le directeur de l’Agence française de développement (AFD), M. Philippe Renault, ont procédé à Niamey à la signature entre l’AFD et le Niger de quatre conventions de financements d’un montant global de plus de 46 milliards de Fcfa (70,6 millions d’€).

PNG - 310 ko
De droite à gauche : M. Hassoumi Massoudou, ministre des Finances, l’ambassadeur de l’Union européenne au Niger, M. Raul Mateus Paula, l’ambassadeur de France au Niger, M. Marcel Escure, et le directeur de l’AFD-Niger, M. Philippe Renault.

Parmi ces conventions, deux portent sur des financements du Fonds fiduciaire d’urgence (FFU) de l’Union européenne concernant le "Projet d’appui aux filières agricoles dans les régions de Tahoua et Agadez" et le "Volet Justice" du ‘’Programme d’appui à la justice et à la sécurité au Niger’’ (AJUSEN). La cérémonie de signature s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de l’Union européenne au Niger, M. Raul Mateus Paula, et du ministre délégué, chargé du Budget, M. Ahmat Jidoud.

Le "Projet d’appui aux filières agricoles dans les régions de Tahoua et Agadez" porte sur un montant total de plus de 42 milliards de Fcfa (65 M€) pendant une durée de 63 mois. Il bénéficie d’une contribution de 30 millions d’€de l’UE, auxquels s’ajoutent des financements provenant de l’Agence française de développement.

Il s’attachera à améliorer durablement les conditions de production et la valorisation économique des produits agricoles dans les régions de Tahoua et d’Agadez, tout en contribuant essentiellement à la création d’emplois et d’opportunités économiques dans le domaine agricole, qui représente l’un des axes stratégiques pour la croissance et le développement du Niger.

Le volet ‘’Justice" du Programme d’appui à la Justice et à la sécurité au Niger (AJUSEN) est financé par le Fonds fiduciaire d’urgence (FFU) de l’Union européenne sur une enveloppe totale de plus de 3,9 milliards de Fcfa (6 M€). Sa gestion est déléguée à l’AFD et il sera mis en œuvre par le ministère de la Justice pendant une durée de 48 mois. Il vient s’ajouter à l’appui budgétaire de plus de 13 milliards de Fcfa (20 millions d’€) déjà alloué par le FFU aux secteurs de la justice et de la sécurité au Niger.

Il vise notamment à renforcer les services généraux du ministère de la Justice et la chaîne pénale en matière de lutte contre la criminalité organisée, de même que l’Agence nationale de lutte contre la traite des personnes (ANLTP) dans sa mission de lutte contre la traite et d’accompagnement des victimes, ainsi que le Bureau de coopération judiciaire et d’entraide pénale internationale en matière de lutte contre la criminalité transfrontalière.

■ « Je voudrais souligner le fait que ces programmes […] visent respectivement deux des priorités du Fonds fiduciaire, à savoir la création d’emploi et l’amélioration de la gouvernance et de la sécurité. Dès lors, ils contribueront sans nul doute - par la création d’opportunités économiques et d’emploi - à mieux prévenir la migration irrégulière, les déplacements forcés, et à faciliter les retours de ces personnes dans leur pays d’origine » a déclaré l’ambassadeur de l’UE, M. Raul Mateus Paula.

« Je remercie la mobilisation de l’Union européenne pour aider le Niger à prévenir et à lutter contre les migrations irrégulières et leurs causes profondes. […] Dans un contexte marqué par une très forte croissance démographique, les effets du changement climatique et une insécurité régionale multiforme rendant le pays particulièrement vulnérable, le Niger et ses partenaires sont convaincus de la nécessité d’investir à grande échelle pour augmenter les perspectives d’avenir des millions de jeunes nigériens en leur offrant des opportunités économiques et une place digne dans la société. » a, pour sa part, estimé l’ambassadeur de France au Niger, M. Marcel Escure.

■ Sur un montant total de plus de 95 milliards de Fcfa (145 millions d’€) de financements déjà engagés par le Fonds fiduciaire européen au Niger, presque la moitié ont d’ores et déjà été consacrés à la création d’emplois, sans compter un apport supplémentaire de plus de 26 milliards de Fcfa (40 millions d’€) par plusieurs États membres de l’UE, dédiés au même objectif.

JPEG - 6.2 ko
UNION EUROPÉENNE
Délégation en République du Niger

JPEG

Dernière modification : 04/04/2017

Haut de page