FEMMES ET AGRICULTURE

JPEG

PRÉSERVATION ET RÉGÉNÉRATION DU KARITÉ AU NIGER

Un projet pour développer des activités génératrices de revenus pour des femmes liées à la création de parcs agroforestiers de karité

• L’association nigérienne Aménagement des terroirs et productions forestières (ATPF) intervient dans la commune de Falmey, située dans la zone du Parc W. Celle-ci abrite des parcs agroforestiers de karité, menacés par une technique inadaptée de cueillette de ses fruits et par le bétail en période de déficit fourrager.

• Afin de préserver et régénérer ces parcs, ATPF met en œuvre un projet soutenu par le fonds français PISCCA (Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs). ATPF bénéficie par ailleurs d’un cofinancement français du Programme de petites initiatives (PPI) de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), qui prend notamment en charge la réalisation de l’un des bosquets du projet.

• Ce projet vise à créer des bosquets de karité, c’est à dire des espaces clôturés de plants, gérés par les habitants des villages environnants de Djébou, Gongueyé, Kaboboyé et Sori Kwoira réunis en comités de gestion et en commissions foncières de base (COFOB).

La Régénération naturelle assistée (RNA) de bosquets villageois de karité est en effet une technique nouvelle d’agroforesterie ayant fait ses preuves au Burkina Faso : elle consiste à régénérer et à protéger les agrosystèmes dégradés par semis direct des espèces forestières dans une clôture grillagée solide.

• À ce jour, quatre parcelles d’un total de 10 hectares ont d’ores et déjà été mises à disposition par les autorités coutumières afin d’y installer les bosquets.

• Le projet mettra également en place des activités génératrices de revenus (AGR) en faveur des femmes ; elles consisteront par exemple à leur faire planter des herbacées au sein des bosquets de karité, destinées à l’embouche de ruminants. Et toutes les activités de coupe, de conditionnement et de vente de ces herbes seront rémunérées.

• Réunies en groupements, ces femmes - qui sont par ailleurs productrices de beurre de karité - recevront à partir du mois d’avril des formations en techniques de valorisation des bosquets ainsi qu’en gestion associative. Des sensibilisations sont en cours, et ce pendant toute la durée du projet, sur certaines pratiques néfastes liées à la culture du karité.

JPEG - 3.3 Mo
Ici, un bosquet de karité a déjà été installé.

• À ce jour, quatre parcelles d’un total de 10 hectares ont d’ores et déjà été mises à disposition par les autorités coutumières afin d’y installer les bosquets.

• Le projet mettra également en place des activités génératrices de revenus (AGR) en faveur des femmes ; elles consisteront par exemple à leur faire planter des herbacées au sein des bosquets de karité, destinées à l’embouche de ruminants. Et toutes les activités de coupe, de conditionnement et de vente de ces herbes seront rémunérées.

Réunies en groupements, ces femmes - qui sont par ailleurs productrices de beurre de karité - recevront à partir du mois d’avril des formations en techniques de valorisation des bosquets ainsi qu’en gestion associative. Des sensibilisations sont en cours, et ce pendant toute la durée du projet, sur certaines pratiques néfastes liées à la culture du karité.

JPEG - 503.2 ko
Constitution d’un comité de protection des bosquets de karité à Falmey

Dernière modification : 30/01/2018

Haut de page