Discours de Son Excellence M. Alexandre Garcia Ambassadeur de France au Niger

Cérémonie de remise de diplômes aux élèves nigériens
de la promotion 2017-2018 de l’Ecole Nationale d’Administration de Strasbourg
et de l’Institut Régional d’Administration de Metz

CCFN Jean Rouch, le 18 avril 2018

JPEG

Madame la Ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative,
Monsieur le Président de l’Association des Anciens Elèves nigériens de l’Ecole nationale d’Administration française (AAENENAF),
Monsieur le Directeur du CCFN,
Mesdames et Messieurs anciens des cycles longs et courts de l’ENA, et des instituts associés,
Chers Alumnis, chers amis,

C’est une grande joie de vous retrouver ce soir, à l’occasion de cette cérémonie de remise de diplôme qui vient clore le parcours brillant de 3 fonctionnaires nigériens dans deux écoles renommées du service public français, l’Ecole Nationale d’Administration et l’Institut Régional d’Administration de Metz.

Je les en félicite et souhaite profiter de mon intervention pour rappeler que l’appui de la France dans la formation des responsables administratifs est un axe fort de notre action de coopération au Niger. Je voudrais également souligner le rôle primordial que joue l’association des anciens élèves avant de rappeler combien le parcours des lauréats honorés ce soir est exemplaire.

Madame la Ministre de la fonction publique et de la réforme administrative,
Mesdames, messieurs,

Créée en 1945, et ayant connue de nombreuses réformes depuis les années 80 (ouverture d’une troisième voie d’accès, déménagement à Strasbourg, absorption de l’IIAP, entre autres), l’ENA accueille depuis plus de soixante ans, au sein même de ses cursus pour les hauts fonctionnaires français, des élèves originaires des 5 continents, sélectionnés avec l’appui du réseau des ambassades de France, qui organise chaque année un concours très exigeant. Plus de 3 300 fonctionnaires étrangers ont déjà été formés, que vous rejoignez aujourd’hui.
Les Instituts régionaux d’administration, créés plus récemment en 1979, proposent depuis 2012 un cycle international qui a déjà accueilli une centaine d’auditeurs.
C’est la preuve de la valeur, reconnue à l’international, des écoles françaises du service public, qui ont à cœur de promouvoir les échanges d’expertises, à travers des enseignements théoriques et des stages d’application qui font se rencontrer des fonctionnaires d’horizons très divers. Chaque année, cela concerne au total 80 cadres accueillis, avec - bon an, mal an - de 1 à 3 Nigériens. Ce qui place le Niger à un rang tout à fait honorable et témoigne à la fois de la qualité des hauts fonctionnaires nigériens et de l’intérêt porté à nos écoles du service public.

Notre dispositif d’appui à la formation, inscrit dans la longue durée, est également à l’image de l’excellente coopération entre nos deux pays. Chaque année, une trentaine de fonctionnaires nigériens bénéficient d’une nouvelle expérience en France, pour des stages courts ou longs dans des domaines variés : administration publique générale, lutte contre la corruption, conception des politiques publiques, organisation du travail parlementaire… Autant de thématiques essentielles pour le renforcement de l’Etat de Droit, qui est le fondement du développement d’un pays.

Monsieur le Président des anciens de l’ENA,
Comme l’a montré la conférence de cette fin d’après-midi organisée sous votre égide, ce sont encore les Nigériens qui en parlent le mieux, et de manière si éloquente. Que soient ici remerciés monsieur le ministre Adamou SALAO (promotion 1993) et Monsieur le directeur Idi Samaïla DAN BOUZOU (promotion 2009). Les 16 ans qui séparent leur cursus à l’ENA illustrent la continuité et le renouvellement ; deux principes portées par le service public ; deux poumons pour une bonne respiration de toute administration qui va de l’avant.

Monsieur le Président de l’Association des Anciens Elèves nigériens de l’Ecole nationale d’Administration française (AAENENAF)

Qu’il me soit permis de saluer ici le travail mené par votre association pour maintenir le lien entre tous les anciens élèves de l’ENA au Niger. Son action est salutaire pour, au fil des années, bâtir un réseau solide et solidaire, entre agents soucieux du bien commun et de la délivrance du meilleur service public qui soit.
Au-delà de leurs compétences personnelles, vos membres sont reliés par une communauté de valeurs, favorables à la modernisation de l’Etat, au service de l’ensemble des citoyens nigériens. Les liens professionnels et personnels tissés entre les membres de l’association sont au cœur des réseaux d’anciens étudiants, ces fameux alumnis. Alumni, pluriel d’alumnus, terme latin désignant l’élève ou l’étudiant. Depuis une dizaine d’années, la France, avec l’appui de son opérateur Campus France, aide à la structuration de l’ensemble des alumnis de l’enseignement supérieur, avec le label France Alumni, qui se décline pays par pays.
C’est l’occasion pour moi de saluer le travail accompli par notre service de coopération et d’action culturelle, le SCAC, et l’espace Campus France du Niger, hébergé ici même au CCFN depuis 2015, pour le développement des études en France, dans toutes les filières et à tous les niveaux. D’anciens étudiants ont ainsi participé à l’animation du premier salon de l’étudiant organisé par notre Espace Campus France en octobre dernier. Les équipes de l’Espace Campus France souhaitent en effet s’appuyer sur ce réseau pour promouvoir les études en France. Des licences aux doctorats, en passant par les masters.
Aujourd’hui, ce sont d’ailleurs 3 diplômes de master 2 que nous allons remettre. Des masters qui viennent compléter le diplôme international d’administration publique, délivré par l’ENA ou par l’IRA.

Messieurs les élèves de la promotion 2017-2018 de l’Ecole nationale d’Administration de Strasbourg et de l’Institut Régional d’Administration de Metz,

C’est vers vous que je me tourne enfin, pour vous féliciter tout d’abord pour votre parcours. Mais aussi pour vous exhorter à cultiver vos talents et promouvoir les valeurs partagées avec des milliers de fonctionnaires de par le monde qui sont passés les bancs de l’ENA ou d’un IRA. Vous êtes, dès à présent, des exemples pour d’autres fonctionnaires qui aspirent à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes, tout en veillant à se former tout au long de leur carrière.
Le Niger compte sur vous et la France est à vos côtés.
Je ne terminerai pas sans dire un mot sur les évolutions à venir des cycles internationaux de l’ENA, dont la poursuite est liée à l’existence même de l’ENA. Comme vous avez lu dans les média depuis lundi dernier, des annonces de nouvelles réformes sont évoquées dans les plus hautes sphères.
Je ne doute pas que les acquis des cycles internationaux seront appréciés à leur juste valeur et que des modalités nouvelles seront proposées pour poursuivre nos efforts communs d’ouverture de nos écoles françaises des services publiques aux fonctionnaires étrangers.

Vive le Niger,
Vive la France,
Vive la coopération franco-nigérienne.

Dernière modification : 19/04/2019

Haut de page