Deuxième Comité de pilotage du projet « Olympiades de la Jeunesse du Niger » #OJEN Bilan des rencontres sportives inter-établissements primaires en 2019/2020 et perspectives 2020/2021

Ce jeudi 18 juin 2020, Messieurs Daouda Mamadou Marthé, ministre en charge de l’enseignement primaire, et Alexandre Garcia, Ambassadeur de France au Niger, ont coprésidé au Centre culturel franco-nigérien Jean Rouch la cérémonie d’ouverture du deuxième comité de pilotage du Projet « Olympiades de la Jeunesse du Niger » (OJEN) qui vise à relancer de l’éducation physique et sportive (EPS) à l’école primaire.

Cérémonie d’ouverture : une implication forte des Autorités

Dans son intervention, l’Ambassadeur de France, M. Alexandre Garcia a rappelé qu’ « OJEN, bénéficie d’un financement français de 400 000 €, soit 262 MFCFA et peut compter sur la mobilisation et l’investissement des équipes pédagogiques et enseignantes du Niger. OJEN est indéniablement une réussite, un symbole fort d’un engagement commun au bénéfice d’une jeunesse nigérienne attirée par toutes ces disciplines offertes : athlétisme, football, langa, rugby, volley-ball. Le sport est une école de la vie, il permet de se confronter à la règle d’une façon ludique et facilite le respect des normes sociales. »

M. Alexandre Garcia a souligné que « l’émancipation de la jeunesse passe par la pratique régulière et dès le plus jeune âge d’activités physiques et sportives, à côté des heures d’enseignement classique. C’est bien là le cœur du projet OJEN qui a réussi à impulser depuis un an une dynamique par la formation continue des enseignants à l’EPS et par l’organisation de compétitions inter-établissements tout au long de l’année scolaire  ».

L’Ambassadeur a mentionné que « ce sont 400 enseignants qui ont été mobilisés et formés aux pratiques sportives en milieu scolaire, et près de 40 000 jeunes garçons et filles, du niveau primaire qui ont pu être initiés aux joies des activités en plein air ».
Il a remercié les responsables du réseau éducatif et culturel présent au Niger, avec le Lycée français La Fontaine de Niamey, les CCFN de Niamey et de Zinder, les Alliances françaises d’Agadez et de Maradi, mais aussi l’ensemble des équipes constituées autour des Directions régionaux de l’Enseignement primaire et Jeunesse & Sports, ainsi que les fédérations sportives concernées, sans oublier des sponsors qui ont apporté des contributions en nature comme AirFrance, Orano ou Canal+. Monsieur Garcia a appelé les institutions nigériennes, y compris les collectivités territoriales désormais compétentes en matière d’éducation, les partenaires au développement et les acteurs économiques à soutenir l’EPS à l’école et les événements liés au sport scolaire.

L’Ambassadeur de France a conclu : « L’Education est une priorité des autorités nigériennes, un parcours scolaire de qualité doit intégrer la pratique sportive. C’est un véritable défi, nos sociétés doivent le relever car il n’y a pas de cohésion sociale sans jeunesse épanouie, le sport est incontestablement un paramètre de cette réussite. »

Représentant Mme Hadizatou Ousseini, Directrice Adjointe de Cabinet de SEM le Président de la République empêchée, le Conseiller spécial « Jeunesse et Sport », M. Sidiyane Amada, a déclaré : « Je sais que la poursuite des objectifs du projet OJEN ont, du fait du COVID-19, été rendue très difficile, mais SEM Issoufou Mahamadou ne doute point de votre capacité d’adaptation et d’ajustement technique pour l’atteinte des résultats attendus de cette année scolaire. D’ores et déjà, les résultats des premières Olympiades sportives et culturelles de la jeunesse qui se sont déroulées à Zinder, en février 2020, augurent d’un développement structuré et durable de la promotion de l’EPS à l’école primaire dans la zone d’intervention du projet au Niger.
Au demeurant, nous sommes appelés à développer une stratégie d’accélération de la poursuite des objectifs de ce projet, voire envisager, suivant des options pertinentes, un élargissement des établissements bénéficiaires (…) Il ne me reste plus qu’à réitérer, une fois de plus, nos remerciements soutenus à la Coopération Française pour ses appuis pertinents et multiformes au Gouvernement dans ses efforts de construction du progrès économique et social de notre pays. »

Le ministre de l’Enseignement primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues nationales et de l’Education civique, a tenu à être présent car il s’est dit personnellement intéressé par la question de l’EPS à l’école. Selon lui, « il s’agit de passer à une phase de professionnalisation de l’enseignement physique et sportif. Avec OJEN, pour la première fois au Niger, l’EPS sera une discipline organisée, structuré et il faut qu’elle soit appropriée par le ministère et ses enseignants.
Le sport n’est pas une discipline d’amusement, une distraction, a poursuivi M. Daouda Mamadou Marthé, c’est une activité importante dans la vie des enfants. Qu’ils soient un jour des champions, comme Alfaga, avec en plus un doctorat en poche, c’est ce que je souhaite. Il s’agit de concilier activité professionnelle et activité sportive. Je forme le vœux que d’autres partenaires suivent la coopération française et continuent de financer l’EPS dans les écoles du Niger ».

Comité de pilotage : de la saison 1 à la saison 2 d’OJEN

Après ces allocutions d’ouverture, le directeur général de la scolarisation au ministère chargé de l’Enseignement Primaire, M. Jafarou Saley, et le conseiller adjoint de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, M. Christophe Reilhac, ont coprésidé le comité de pilotage du Projet OJEN, avec une cinquantaine de représentants des mondes de l’éducation, du sport, des parents d’élève, des syndicats enseignants, mais aussi des collectivités locales et des partenaires, comme l’UNICEF, l’OMS, l’Allemagne ou l’Union européenne. La Direction régionale l’enseignement primaire (DREP) de Niamey, était également présente pour relayer la voix du niveau local.

Le directeur général de la scolarisation a souligné les résultats promoteurs d’OJEN pour que l’EPS retrouve toute sa place dans l’accomplissement de la finalité de l’éducation au Niger, à travers des compétitions locales, régionales et nationales qui se sont déroulées à Maradi, Zinder, Agadez et Niamey. M. Jafarou Saley a indiqué que le MEP se doit aussi d’assurer le suivi de la bonne application de l’EPS dans les écoles.
Le directeur adjoint du CCFN, M. Tahirou Ganda et M. Adamou Sabo, référent OJEN au MEP sont revenu sur les nombreuses activités déployées en région pendant les deux premiers trimestres de l’année scolaire 2019/2020. Ils ont fait part de leur totale satisfaction sur l’excellent avancement du projet et de l’engouement suscité tant auprès des élèves que du corps enseignant et des parents. La quasi-totalité des activités prévues dans le projet a d’ores et déjà été réalisée.

M. Reilhac a fait un bilan financier du projet, qui est très satisfaisant avec 88% des crédits consommés de la première tranche malgré l’impact du Covid-19, qui a amené à annuler les rencontres prévues en mars et avril 2020. Grâce aux marges dégagées dans la gestion économe des activités, près de 90 millions FCFA vont pouvoir être mobilisés et une nouvelle saison va commencer, avec notamment un appel à projet lancé au niveau des 4 équipes régionales impliquées.
M. Zoumaro Bah Traoré, organisateur national OJEN, a expliqué que l’équipe nationale se rendra courant juillet 2020 dans les 4 régions d’OJEN pour rencontrer l’ensemble des acteurs locaux et fixer les contours de ces projets à monter dans chaque région partenaire.

En conclusion d’un débat très riche avec les membres du COPIL OJEN, le Conseiller spécial Sidiyane Amada s’est dit fier de voir OJEN obtenir des résultats encourageants après moins d’un an de lancement : « OJEN est comme une locomotive pour remettre en route une pratique de l’éducation physique et sportive qui a été abandonnée depuis de trop longues années. Et OJEN ne peut pas régler tous les problèmes ; ce projet innovant, notamment en matière de mixité et d’égale participation des jeunes filles, doit être relayé par une pleine prise en compte au niveau ministériel approprié ».

Retrouvez ci-dessous, le discours d’ouverture de l’Ambassadeur de France, disponible en téléchargement

PDF - 412.1 ko
Discours-Ouverture-copil juin 2020
(PDF - 412.1 ko)

Dernière modification : 23/06/2020

Haut de page