COOPERATION DECENTRALISEE FRANCO-NIGERIENNE : financement de cinq projets portés par des collectivités territoriales françaises et nigériennes

A l’issue des appels à projets 2019 lancés par le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères (MEAE) pour appuyer des initiatives de coopération décentralisée, cinq projets portés par des collectivités françaises et leurs partenaires nigériens seront cofinancés pour un montant total de 122 401 389 Francs CFA (186 599€).

PNG

- 1. Le projet « Continuer à progresser vers les Objectifs du Développement Durable (ODD) dans les villages de Dankassari » - Cesson Sévigné / Dankassari
Cette initiative, portée par la commune de Cesson Sévigné (région Bretagne) en partenariat avec la commune rurale de Dankassari (région de Dosso), développera des activités dans les domaines de l’eau et assainissement (construction de latrines et de douches), de l’agriculture (aménagement d’un site maraicher et d’une pépinière), de l’éducation (alphabétisation des femmes, sensibilisation au planning familial) et de l’énergie (équipement en énergie solaire de structures de santé). Un cofinancement de 9 839 340 Francs CFA (15 000€) a été accordé par le MEAE.

- 2. Le projet « Elaboration d’une stratégie communale concertée pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans la commune urbaine de Tillabéri » - Juvisy-sur-Orge / Tillabéri
Elaboré par la commune de Juvisy-sur-Orge (région Ile-de-France) en partenariat avec la commune urbaine de Tillabéri, ce projet a pour objectif de faciliter la prise de décision, la planification municipale à moyen et long terme et la mobilisation de financements dans le domaine de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement. Il vise également à améliorer la qualité de la maitrise d’ouvrage communale. Il bénéficiera d’un cofinancement du MEAE à hauteur de 9 642 553 Francs CFA (14 700€).

- 3. « Soutien à la commune urbaine de Say » - Pézilla-la-Rivière / Say
Dans le cadre de leur partenariat de coopération décentralisée, la commune de Pézilla-la-Rivière (région Occitanie) et la communauté urbaine de Say mettront en œuvre en 2019 un projet articulé autour de trois composantes : éducation et la formation professionnelle (construction de deux blocs de classes équipées), accès à l’eau potable (construction d’un forage motorisé) et renforcement des moyens de subsistance des populations (élevage de caprins). Le cofinancement du MEAE pour ces activités est 6 559 560 Francs CFA (10 000€).

- 4. Programme de coopération décentralisée entre 6 communes normandes et 5 communes du canton de Kornaka au Niger
Six communes normandes (Castillon-en-Auge, Colombelles, Ifs, Louvigny, Mézidon-Vallée-d’Auge et Mondeville) et les cinq communes du canton de Kornaka (Adjékoria, Dan Goulbi, Kornaka, Mayara et Sabon Machi) dans la région de Maradi entretiennent des relations de coopération décentralisée depuis 2009. Les activités de leur nouveau programme triennal ont pour objectif de contribuer à la structuration et au renforcement de la communauté de communes de Kornaka afin de permettre à la population d’accéder aux services sociaux de base (eau, assainissement, sécurité alimentaire et état civil). Le MEAE apportera un cofinancement de 78 714 720 Francs CFA (120 000€) sur trois ans.

- 5. Projet « ALAMAD II » - Département Côtes d’Armor / association ENMITTAF (cinq communes de la région d’Agadez)
Ce projet, porté par le département des Côtes d’Armor et cinq communes de la région d’Agadez réunies au sein de l’association ENMITTAF (Agadez, Aberdissinat, Ingall, Dabaga, Tabelot et Tchirozérine), s’inscrit dans la continuité du projet « ALAMAD I » cofinancé en 2018 à hauteur de 32 698 094 Francs CFA (49 848 €) par le MEAE.

Il a pour objectif de contribuer au développement agricole durable de la région et de renforcer les activités économiques locales par la mise en place d’une ferme modèle où y seront développées des innovations et des techniques de production agricole adaptées au contexte climatique. Sa deuxième phase vise à pérenniser les acquis de cette ferme en intensifiant les activités de formation aux techniques de l’agroécologie et en intégrant des formations sur les méthodes de conservation et de transformation des productions agricoles. Il bénéficie d’un nouveau cofinancement de 17 645 216 Francs CFA (26 900€) en 2019.

Dernière modification : 19/07/2019

Haut de page